عربي English
Œuvres choisies

Statue de Thot sous la forme d’un ibis

Statue de Thot sous la forme d’un ibis
© Musée des Antiquités de la BA / M. Aly


vitrine 2

Statue de Thot sous la forme d’un ibis

Catégorie :
Sculpture en ronde-bosse, statues, animal / oiseau, ibis
Date :
Époque pharaonique, Époque tardive (664-332 av. J.-C.)
Lieu de découverte :
Haute Egypte, Minia, Touna El-Gabal (Fouilles de 1942 - 1943)
Matière(s) :
  • Matière non organique, alliage, bronze
  • Matière organique, bois
Hauteur :
23,7 cm
Salle :
Antiquités égyptiennes, vitrine 2


Description

Statue de Thot, représenté sous la forme d’un ibis reposant sur un socle en bois.

Thot

Thot était adoré en Egypte depuis l’époque dynastique archaïque jusqu’à l’époque romaine. Dieu des scribes, il était également vénéré en tant que dieu de la lune, de la sagesse, de la médecine et des différentes sciences. De même, il jouait un rôle prépondérant dans l’au-delà.

Connu sous deux aspects, Thot était parfois représenté sous la forme d’un babouin accroupi, et parfois sous la forme d’un ibis ou d’un homme à tête d’ibis tenant une palette et un calame de scribe, et coiffé soit d’un croissant de lune surmonté d’un disque lunaire, soit de la couronne Atef ou celles de Haute et Basse-Egypte.

Le lieu de culte du dieu Thot était Hermopolis, qui portait le nom égyptien Khéménou et qui se situe actuellement près d’El-Ashmounein à Minya.

Thot, dieu de la lune

Thot, en tant que dieu de la lune, veillait au bon déroulement des saisons et recensait les étoiles ; c’est pourquoi il a été associé à l’astronomie, aux mathématiques et à l’arithmétique.

Thot, dieu de la médicine

Thot jouissait d’une réputation médicale comme en témoigne la mythologie égyptienne. D’après le mythe d’Osiris, Anubis et Horus ont reconstitué le corps d’Osiris avec l’aide de Thot, qui a également appris à Isis les incantations nécessaires pour ressusciter son mari. Selon un autre récit, il a guéri l’œil de l’enfant Horus que Seth le lui avait crevé et, dans une autre version, il a réanimé le corps d’Horus qu’Isis avait trouvé mort d’une piqûre de scorpion. De même, il a remplacé la tête d’Isis tranchée par Horus, dans un accès de colère, par une tête de vache.

Thot, seigneur des paroles divines

L’invention de l’écriture est attribuée à Thot. En tant que dieu des scribes, il était appelé « Seigneur des paroles divines » qu’il incarnait. Thot était représenté sous la forme d’un babouin ou d’un ibis quand il supervisait et protégeait les scribes.

Les hymnes et les prières au dieu Thot, qui portaient sur son rôle de maître des scribes, servaient de textes didactiques et étaient gravés sur les statues des scribes.

Thot dans l’au-delà

Thot était présent dans les scènes de jugement divin accompagnant les textes du Livre des Morts, afin de transcrire le résultat de la pesée du cœur contre le symbole de la justice Maât. Chargé également d’annoncer le verdict, il était représenté alors sous la forme d’un homme à tête d’ibis et parfois sous celle d’un babouin se tenant au-dessus de la balance de la justice.


Ces informations sont sujettes à modification ou mise à jour en réponse aux exigences de la recherche continue.

Bibliographie
  • “Thoth”. In The Oxford Encyclopedia of Ancient Egypt, edited by Donald B. Redford. Vol. III. New York : Oxford University Press, 2001.
  • Armour, Robert A. Gods and Myths of Ancient Egypt. Cairo: The American University in Cairo, New York, 2001.
  • Wilkinson, Richard, The Complete Gods and Goddesses of Ancient Egypt. Cairo: The American University in Cairo Press, 2003.
  • Budge, E.A. The Gods of the Egyptians. Vol. I. New York: Dover, 1969.
Découvrez les collections du Musée