عربي English
Œuvres choisies

Pipe

Pipe
© Musée des Antiquités de la BA / M. Mounir

autre(s) angle(s)

vitrine 26

Pipe

Catégorie :
Equipement personnel, pipes
Date :
Époque ottomane (1517-1922)
Lieu de découverte :
inconnu
Matière(s) :
  • Matière organique, fibre (de plantes et animaux), soie
  • Matière organique, bois
Longueur :
160 cm
Salle :
Antiquités islamiques, vitrine 26


 Description

Pipe « chibouque » en bois, couverte de soie bleue, dont le bouquin et l’embout sont en ébène. Cette chibouque est formée de deux parties, chacune constituée d’un tuyau. Au bout du premier tuyau est placé le fourneau avec sa large ouverture, dont une partie est brisée, destiné à recevoir le tabac allumé. L’ouverture de l’autre tuyau est relativement étroite et sert à aspirer la fumée. Le premier tuyau est orné de motifs végétaux. Ce type d’objets à fumer était très fréquent au temps de Méhémet-Ali qui a régné sur l’Egypte de 1805 jusqu’à sa mort en 1849.

 Les pipes

Le tabagisme était une tradition répandue parmi les différentes classes sociales, qui n’a pas tardé à devenir une habitude quotidienne pratiquée non seulement pour le plaisir mais pour refléter un certain statut social. Les pipes des pauvres étaient simples, alors que celles des riches et des fortunés constituaient des chefs-d’œuvre décorés, et parfois même plaqués en or, et fabriquées par divers artisans et artistes.

Apparue au début du XVIIe siècle en Turquie, la pipe était utilisée pour filtrer la fumée et refroidir le tabac avant son arrivée à la bouche, tout en sachant que ce filtrage ne permet pas d’éviter les effets néfastes du tabac. De formes et de tailles différentes, la pipe est composée de trois parties : la première est le fourneau ou le foyer, appelé lulas du mot turc lüle, qui contient le tabac allumé. La deuxième partie est la tige, alors que la troisième est l’embout.

Le foyer était généralement en argile cuite, mais il pouvait également être fabriqué à partir de la pierre polie, du bois et des métaux. Il était façonné d’abord, puis orné de motifs fins. Quant à la tige, celle-ci était d’habitude faite de bois de rosier, mais aussi de cerisier, de jasmin, d’oranger, de citronnier et d’olivier. Le bois granuleux était généralement idéal pour la fabrication des pipes. Certaines, cependant, étaient fabriquées du graphite thermique. L’embout, quant à lui, était fait de l’ambre, de marbre, de corne, d’ivoire ou d’or émaillé.

Les pipes étaient couvertes d’ornements divers, variant entre motifs géométriques et ceux inspirés de la nature tels que, à titre d’exemple et de manière non exhaustive, les fleurs, les arbustes, les rayons de soleil, les gouttes de rosée ainsi que les cônes de pin et les coquillages.

La tige de la pipe, qui mesurait entre 10 cm et 4 m, était d’habitude portée par deux serviteurs chargés d’allumer la pipe, de l’alimenter en tabac et de la nettoyer.


Ces informations sont sujettes à modification ou mise à jour en réponse aux exigences de la recherche continue.

Bibliographie
  • The Columbia Encyclopedia, Sixth Edition. Columbia University Press: 2001-2005.
Découvrez les collections du Musée