عربي English
Œuvres choisies

Mosaïque représentant un chien assis

Mosaïque représentant un chien assis
© Musée des antiquités de la BA / M. Nafea


Antiquités du chantier de la B.A.

Mosaïque représentant un chien assis

Catégorie :
Architecture, éléments architecturaux, mosaïques
Date :
Époque gréco-romaine, époque ptolémaïque, IIe siècle av. J.-C.
Lieu de découverte :
Basse Egypte, Alexandrie, El-Chatby, Site de la Bibliotheca Alexandrina
Matière(s) :
  • Pierre, marbre
  • Pierre, calcaire
Longueur :
3,25 m;
largeur :
3,25 m
Salle :
Antiquités du chantier de la B.A.


Description

Mosaïque de sol exécutée selon la technique de minuscules cubes « l’opus vermiculatum », qui constitue la méthode la plus minutieuse de réalisation des mosaïques de sol. L’opus vermiculatum utilise des tesselles de pierre, de petite taille, mesurant entre 1 et 4 millimètres.

Sur l’emblema figure un médaillon rond représentant un motif plaisant, retrouvé pour la première fois dans l’histoire des mosaïques à Alexandrie. Ce motif illustre un chien assis à côté d’un vase grec inversé. Les détails de la scène mettent en évidence l’habileté de l’artiste à faire un portrait réaliste du chien de manière à exprimer la force et la vitalité de l’animal. Ainsi, le pelage, tacheté du noir, du chien est finement dépeint, aussi bien que le collier rouge qui entoure son cou. La scène centrale comprend plusieurs couleurs, dont le noir, le blanc et le jaune. L’artiste a pu accentuer les contrastes ombre-lumière en représentant le chien sous l’angle de 3/4 ; la partie antérieure reflète la lumière alors que le reste du corps est à l’ombre. Il en est de même quant au vase en bronze, la gradation de ses couleurs montre la réflexion de la lumière sur la partie centrale, alors que les côtés sont de plus en plus ombrés. L’artiste, en se servant de ces matériaux rigides et inanimés, a en effet réussi à donner une profondeur à la scène présentée. Cette pièce témoigne de la virtuosité des ateliers de conception des mosaïques à Alexandrie.

Il semble que le motif en question dépeigne une scène d’une œuvre théâtrale de fiction ou d’une œuvre littéraire du patrimoine littéraire d’Alexandrie, qui fut célèbre au cours des trois premiers siècles av. J.-C. Toutefois, la mosaïque ne donne pas une idée précise de son emplacement. Il est par contre possible de déduire la forme et le périmètre de l’endroit qu’elle décorait, qui semble avoir été circulaire et d’environ trois mètres de diamètre, avec la mosaïque à son centre.

Mosaïque

Les Grecs furent les premiers à décorer les sols de leurs bâtiments publics et privés avec de minuscules cubes de mosaïque « tesserae », disposés de différentes manières. Ils ont ainsi transformé les sols en peintures dans lesquelles ils ont donné lieu à des créations artistiques en termes de thèmes de mosaïque et de l’utilisation de nouveaux motifs végétaux, animaux et hellénistiques pour encadrer la scène. 

Les Romains adoptèrent également l’art de mosaïque pour revêtir les sols de leurs maisons, temples, et tombeaux. Ils appliquèrent les mêmes techniques des Grecs, tout en apportant des innovations au procédé de la composition.

Il est à noter que la plus ancienne pièce de mosaïque a été découverte au Levant, dans l’ancien Iraq, de la civilisation d’Ourouk qui remonte à 4000 ans av. J.-C. Dès lors, l’art de mosaïque a disparu et puis a réapparu au début du Ve siècle av. J.-C.


Ces informations sont sujettes à modification ou mise à jour en réponse aux exigences de la recherche continue.

Bibliographie
  • "Mosaic". In Encyclopedia of Ancient Greece and Rome. Edited by Carroll Moulton. Volume III. New York: Simon & Schuster Macmillan, 1998.
  • Guimer-Soberts, Anne Marie, La Gloire d'Alexandrie: 7mai-26juillet 1998. Paris: Actes Sud, 1998.
  • عبير قاسم. فن الفسيفساء. الإسكندرية: ملتقى الفكر، 1998.
  • عزيزة سعيد محمود. التصوير والموزايكو والإستكو. الإسكندرية، 1998.
Découvrez les collections du Musée