عربي English
Œuvres choisies

Tête royale d’une statue colossale

Tête royale d’une statue colossale
© Musée des antiquités de la BA / C. Gerigk


Antiquitiés englouties

Tête royale d’une statue colossale

Catégorie :
Sculpture en ronde-bosse, colosses
Date :
Époque gréco-romaine, 1er siècle av. J.-C.
Lieu de découverte :
Basse Egypte
Matière(s) :
Pierre, granit, granit gris
Hauteur :
80 cm;
largeur :
60 cm;
profondeur :
50 cm
Salle :
Antiquitiés englouties


 Description

Tête d’une statue colossale portant le Némès, la coiffe égyptienne traditionnelle, et alliant, à la fois, des aspects égyptiens et grecs : visage aux traits juvéniles et réalistes, indiquant ainsi qu’il s’agit d’une représentation grecque et non pas égyptienne. De même, les mèches tombant sur le front ne constituent pas un élément égyptien original, mais l’une des caractéristiques des statues ptolémaïques aux traits grecs. Sur les mèches de cheveux apparaissent des traces de l’uraeus sacré. La coiffe est munie de deux ouvertures latérales destinées probablement à fixer un diadème.

 Les statues de jeunes

La ressemblance entre cette statue et des sculptures similaires datant de la fin de l’époque ptolémaïque montre qu’il s’agit de l’un des derniers souverains ptolémaïques. Les traits juvéniles conviendraient au fils aîné de Cléopâtre et Jules César, Ptolémée XV, que les Alexandrins appelaient Césarion.

Il convient de mentionner que cette statuaire, aux caractéristiques égyptiennes et grecques, est apparue sous le règne de Ptolémée V (204-180 av. J.-C.) et a perduré jusqu’au dernier souverain ptolémaïque, Ptolémée XV. De même, certains empereurs romains ont poursuivi cette tradition, notamment à Rome, mais de manière irrégulière et sporadique.

En outre, un grand nombre de statues de souverains aux traits juvéniles, coiffés du Némès traditionnel ou du diadème, ont été retrouvées. Ces sculptures représentaient souvent des princes du Ier siècle. 


Ces informations sont sujettes à modification ou mise à jour en réponse aux exigences de la recherche continue.

Bibliographie
  • 2000 ans sous les mers: Les découvertes de Franck Goddio en Egypte. Text by Jürgen Bischoff. Photographs by Christoph Gerigk. Gottingen: Steidl, 2016, pp. 19, 90, 112.
  • Ägyptens versunkene Schätze: 5. April 2007-27. Januar 2008, Kunst- und Ausstellungshalle der Bundesrepublik Deutschland, Bonn. Heidelberg: Vernissage, 2007, pp. 54, 421.
  • Ashton, Sally-Ann. Ptolemaic Royal Sculpture from Egypt: the Interaction between Greek and Egyptian Traditions. Oxford: Archaeopress, 2001, p.66, cat. no. 2.6.
  • Bernand, André, and Franck Goddio. L'Égypte engloutie: Alexandrie. [Paris]: Tania éd.; London: Arcperiplus, 2002, pp. 13, 118-119, 136-137.
  • Foreman, Laura. Cleopatra’s Palace: Del Mar, Calif.: Discovery Books, 1999, p. 54-55, 154, 173, 180, 193.
  • Goddio, Franck, et al. Alexandria: The Submerged Royal Quarters. Translated by Ludwig von Bomhard and Leonard Harrow. London: Periplus, 1998, pp. 50, 176-178.
  • Goddio, Franck, and Hélène Constanty. Trésors engloutis: Journal de bord d'un archéologue. [Paris]: Ed. du Chêne, 2003, pp. 122,128-129.  
  • Goddio, Franck and Manfred Clauss, eds. Egypt’s Sunken Treasures. Photographs by Christoph Gerigk. London: Prestel, 2006, pp. 55-56, 452.
  • Hawass, Zahi A., and Franck Goddio. Cleopatra: The Search of the Last Queen of Egypt. Washington, DC: National Geographic Society, 2010, p. 147.
  • Higgs, Peter and Susan Walker, eds. Cleopatra of Egypt: from History to Myth. London: British Museum, 2001, p.174, cat. no. 172.
  • Pfrommmer, Michael and Ulrike Denis. Alexandria: Im Schatten der Pyramiden. Mainz am Rhein: von Zabern, 1999, pp. 17-18, fig. 25.
  • Schuster, Angela M. H. “Mapping Alexandria's Royal Quarters”. Archaeology 52, no. 2 (Mar – Apr 1999): 46. Online e-article. https://www.jstor.org/stable/41771674   [accessed 15 Aug 2019].
  • Stanwick, Paul Edmund. Portraits of the Ptolemies: Greek Kings as Egyptian Pharaohs. Austin: University of Texas Press, 2003, p. 127, cat. no. G1.
Découvrez les collections du Musée