عربي English
Œuvres choisies

Amphore

Amphore
© Musée des Antiquités de la BA / E. Omar


vitrine 12

Amphore crétoise

Catégorie :
Récipients, vases, vaisselles et autres, récipients, amphores
Date :
Époque gréco-romaine, époque romaine, vers le Ier siècle apr. J.-C.
Lieu de découverte :
Basse Egypte, Alexandrie, Port Est
Matière(s) :
Matière fabriquée, terre cuite
Hauteur :
46 cm;
diamètre :
12,8 cm
Salle :
Antiquitiés englouties, vitrine 12


Description

Utilisée pour le transport du vin, cette amphore est à col court, et à deux anses incurvées qui partent juste du fond de la lèvre et qui se terminent aux épaules. L’amphore se distingue par son long corps cylindrique doté d’une base sphérique ayant une bosse à son centre. L’argile utilisée dans la fabrication de ces amphores, dont la couleur est orangée, comporte de nombreuses particules de mica. Ce type d’amphores était produit dans plusieurs centres à Athènes, en Corinthie et en Crète. Cnossos, Kastelli et Keratokampos furent les centres de production de ce type de vase en Crète. Ainsi, les amphores crétoises étaient largement exportées vers l’est de la Méditerranée, l’Italie, l’Afrique du Nord et la Grèce.

Crète

Île située au sud de la mer Égée, la Crète constituait un monde, ou une entité indépendante. Elle connaissait les prémices de la colonisation vers le VIIe millénaire av. J.-C., ainsi que de divers types d’agriculture provenant de l’Asie Mineure. Elle était occupée par les Minoens (qui tirent leur dénomination de Minos, premier roi de Crète selon la Mythologie grecque) à l’âge du bronze moyen de 2000 à 1500 av. J.-C. Et durant la seconde moitié du IIe millénaire av. J.-C., les Minoens établissaient des rapports commerciaux avec l’Egypte, Thira, Rhodes, et Chypre, outre Cyclades. Ils échangeaient des textiles, du bois, de l’or, de l’argent et des denrées alimentaires telles que l’huile d’olive et le vin. Les amphores crétoises servaient en grand nombre dans l’exportation du vin, activité qui s’intensifia dès le Ier siècle et jusqu’au IIIe siècle apr. J.-C.  

Les mythes grecs rapportent que le dieu Zeus fut le fils des Titans Cronos et Rhéa. Cronos était une divinité infâme connue pour son avidité et sa jalousie qu’il dévorait ses enfants de peur qu’on ne s’empare de son trône, alors, Rhéa cacha l’enfant Zeus dans une grotte sur l’île de Crète.


Ces informations sont sujettes à modification ou mise à jour en réponse aux exigences de la recherche continue.

Bibliographie
  • Ägyptens versunkene Schätze: 5. April 2007-27. Januar 2008, Kunst- und Ausstellungshalle der Bundesrepublik Deutschland, Bonn. Heidelberg: Vernissage, 2007, pp. 328, 426. 
  • Empereur, Jean-Yves, Markoulaki Stavroula et Marangou A. Antigone. Recherches sur Les Centres de Fabrication d'amphores de Crête Occidentale. S.I. : Bulletin de Correspondance Hellénique. Volume 113, Livraison 2, 1989, pp. 551-580.
  • Foreman, Laura. Cleopatra’s Palace: Del Mar, Calif.: Discovery Books, 1999, p. 132-133.
  • Forster, Gary. Roman Knossos: The Pottery in Context, A Presentation of Ceramic Evidence Provided by The Knossos 2000 Project (1993-95). Birmingham: Institute Of Archaeology and Antiquity School of Historical Studies, the University of Birmingham, 2009. 
  • Goddio, Franck and Manfred Clauss, eds. Egypt’s Sunken Treasures. Photographs by Christoph Gerigk. London: Prestel, 2006, pp. 384-385, 454.
  • Goddio, Franck, and David Fabre. Trésors Engloutis d’Égypte. Photographs by Christoph Gerigk Paris: Seuil; Milan: 5 Continents, 2006, pp. 286, 312.
  • Hansen, William. Handbook of Classical Mythology. Santa Barbara, CA: ABC-CLIO, 2004.
  • Peacock, D.P.S. and D.F. Williams. Amphorae and Roman Economy.  London and New York: Longman Archaeology Series, 1986.
  • Roselyne De Ayala and Paule Braudel, eds. The Mediterranean in Ancient World. London: Penguin Books, 2001.
Découvrez les collections du Musée