عربي English
Œuvres choisies

Amphore

Amphore
© Musée des Antiquités de la BA / E. Omar


vitrine 12

Amphore rhodienne

Catégorie :
Récipients, vases, vaisselles et autres, récipients, amphores
Date :
Époque gréco-romaine, époque ptolémaïque, première moitié du IIIe siècle av. J.-C.
Lieu de découverte :
Haute Egypte, Giza, Saqqara
Matière(s) :
Matière fabriquée, terre cuite
Hauteur :
51 cm;
diamètre :
27 cm
Salle :
Antiquitiés englouties, vitrine 12


Description

L’amphore est constituée d’un col cylindrique au bord arrondi évasé, et d’une panse ovoïde élargie du haut à fond fusiforme. Quant aux épaules, elles sont de forme circulaire. L’amphore a également deux anses, et sa base se termine en pointe servant comme une troisième poignée dans le versement des liquides. De même, cette pointe servait pour une autre fin qui est de faciliter le stockage des amphores à bord des navires. Celles-ci étaient empilées en rangées superposées, dont le nombre varie entre 1 et 9 rangées. Chaque amphore était disposée du côté de sa pointe dans l’espace vide entre les cols des récipients de la couche inférieure. Les nombreuses amphores sont attachées par des cordes pour qu’elles ne bougent pas pendant la navigation. La capacité moyenne de ce type d’amphores varie de 20 à 25 litres.

Rhodes

Ce type d’amphores est originaire de l’île de Rhodes, connue pour sa statue gigantesque (le Colosse de Rhodes) qui était l’une des Sept Merveilles du monde antique. Il s’agit d’une statue d’Hélios, le dieu Soleil, en bronze, haute de 70 coudées (c.-à-d. dépassant les 30 mètres). La statue était érigée en 280 av. J.-C. et a été détruite par un séisme soixante ans plus tard.

 

L’épave de Kyrénia

Une multitude d’amphores, dont le nombre s’élève à 380, ont été retrouvées dans la fameuse épave du navire Kyrénia. Elles étaient dans leur majorité de type rhodien ; constituant ainsi la plus grande collection d’amphores rhodiennes découverte jusqu’à présent.
Il est fort probable que ces amphores aient contenu le vin de table de Rhodes qui était exporté vers le nord de la mer Noire et le sud de l’Egypte.
Kyrénia était un navire grec marchand datant du IVe siècle av. J.-C. Il naviguait en Méditerranée sous le règne d’Alexandre le Grand, et était utilisé par les commerçants pour une période variant de 15 à 25 ans. Le navire mesurait 14 mètres de longueur et environ 4,2 mètres de largeur, et avait à son bord un capitaine et trois marins. Entre 295 et 285 av. J.-C., il a subi un naufrage en eaux libres à moins d’un mile du port de Kyrenia ; ce qui est peut-être dû à son état dégradé en raison de la longue durée d’utilisation.

 

Les amphores et la production du vin

Le mot amphore vient du grec ἀμφορεύς (amphoreús) voulant dire « qui est porté des deux côtés ». L’amphore mesure généralement environ 1 mètre d’hauteur, alors que sa capacité varie de 20 à 40 litres. Supposons que les anciens navires mesurent de 15 à 20 mètres de longueur, chacun pourrait donc stocker entre 2 000 et 3 000 amphores.

Les amphores étaient utilisées dans l’Antiquité pour le transport des liquides, surtout le vin, qui était consommé en grande quantité lors des cérémonies religieuses. Dionysos était pour les Grecs le dieu du vin alors qu’il était identifié aux Romains avec le nom de Bacchus.

Le processus de vinification commence par la cueillette des raisins qui sont ensuite transportés dans des paniers spécifiques pour subir un foulage au pied. Avant d’être consommé, le vin est mélangé avec de l’eau dans un ratio de 3 à 2. Il y avait plusieurs types de vin à l’époque gréco-romaine. Chez les Grecs, le vin était classé selon sa couleur noire, rouge, blanche ou jaune, ainsi que par goût, amertume ou douceur.


Ces informations sont sujettes à modification ou mise à jour en réponse aux exigences de la recherche continue.

Bibliographie
  • Ali, Nabil and Nabil, Bader. Two Rhodian Stamped Amphora Handles from Tell Es-Sukhnah (Jordan): A Case Study. Jordan: Mediterranean Archaeology and Archaeometry, Vol. 15, No 2, 2015, pp. 45-51.
  • Bass, George, ed. Beneath The Seven Seas. London: Thames & Hudson, 2005.
  • Herbert, Maryon. The Colossus of Rhodes. United Kingdom: The Journal of Hellenic Studies Vol. 76, 1956, pp. 68-86. 
  • Özadaş, A. harun, Oğuz Alpözen and Bahadır Berkay. Commercial Amphoras of The Bodrum Museum of Underwater Archaeology, Maritime Trade of the Mediterranean in Ancient Times. Translated by Selma Oğuz and Julie Aras. Bodrum: Bodrum Museum for Underwater Archaeology Publication No.2, 1995.
  • Sciallano, Martine and Patricia Sibella, éd. Amphores : Comment Les Identifier? Aix-en-Provence: C.-Y Chaudoreille, 1994.
Découvrez les collections du Musée