عربي English
Antiquités Égyptiennes

Statuette d’Isis allaitant Harpocrate
© Musée des Antiquités de la BA / E. Omar Emad El-Din Omar

Présentation du departement

L’Histoire de l’Egypte ancienne a débuté par l’unification de la Haute et de la Basse-Egypte vers 3100 av. J.-C. Cette époque a duré environ 3000 années au cours desquelles les arts et les sciences connaissaient une riche période de floraison et de prospérité. Au fait, le Musée des Antiquités de la Bibliotheca Alexandrina expose des pièces reflétant autant le côté culturel de la civilisation égyptienne que son côté artistique où les anciens Egyptiens ont brillamment excellé.

Aperçu historique

La civilisation égyptienne antique témoigne du génie des anciens Egyptiens et de leur suprématie à cette époque dans les divers domaines, notamment l’édification des monuments sur les façades desquels ils ont enregistré leurs exploits, leur philosophie et les aspects de leur vie quotidienne en textes comme en images, poussés par leur profonde croyance dans le culte de la mort suivie de la résurrection et de l’immortalité.

L’Histoire de l’Egypte pharaonique est constituée de deux périodes : la période prédynastique et la période dynastique subdivisée en 30 dynasties.

L’Epoque Prédynastique

L’époque prédynastique se divise à son tour en deux phases, dont la première s’étend du XXIe au XVIIe millénaire av. J.-C. Elle comprend trois périodes : la période paléolithique, la période épipaléolithique et la période néolithique. Ayant des caractéristiques quasi similaires, l’homme a connu au cours de ces trois périodes la cueillette de même que la chasse ; et a habité les grottes sur les murs desquels il a peint des dessins primitifs illustrant des scènes de pêche ou de chasse de gazelles et de fourmiliers, autres que ceux qui partageaient son milieu tels les éléphants, les autruches et les girafes. Il a également découvert le feu constituant la première révolution civilisationnelle qui ayant adouci son caractère et l’ayant amené de la phase primitive à celle de la pré-civilisation.

Quant à la seconde phase, elle est comprise entre le XVIIe millénaire et l’année 3100 av. J.-C., précédant ainsi directement l’époque dynastique. L’Egyptien y a réalisé la deuxième révolution civilisationnelle consistant à la pratique de la culture, la domestication des animaux, l’apprivoisement de la nature, la fabrication de la poterie et le stockage des marchandises et des graines dans de différents endroits. Il avait recours pour la première fois dans l’Histoire à l’usage de la brique crue ; et a créé de nouvelles communautés à Omari en Basse-Egypte, à Badari et à Gerza en Haute-Egypte ainsi qu’au Fayoum.

La période, qui s’étale entre 4000 et 3500 av. J.-C. s’est intitulée Nagada I et a englobé presque toute la Haute-Egypte.

En ce qui concerne la dernière époque prédynastique nommée l’époque gerzéenne ou Nagada II, elle s’étend de 3500 à 3100 av. J.-C. Au cours de cette période les villages se sont peuplés et se sont transformés en petites cités ; la densité de la population s’est accrue ; l’ancien Egyptien a développé la fabrication de la poterie et a élargi l’usage des pierres.

L’Unification (vers  3100 av. J.-C.)

Le roi Narmer a unifié l’Egypte, commençant par Hiéraconpolis et Nagada ; et a inscrit son nom sur un « serekh », rectangle entourant le nom hiéroglyphique du roi, surmonté d'un faucon symbolisant le dieu Horus. Il a également enregistré sa victoire sur sa fameuse palette intitulée « palette de Narmer ». Les dynasties se sont par la suite succédées ; et selon Manéthon, le célèbre prêtre et historien égyptien, celles-ci se subdivisent en 30 dynasties : allant de 3100 à 332 av. J.-C., c’est-à-dire jusqu’au début de l’époque hellénistique avec la conquête de l’Egypte par Alexandre le Grand.

L’Ancien Empire

Après l’unification, vient l’avènement de l’Ancien Empire regroupant les dynasties de I à VII, dont les souverains sont inhumés dans de différents lieux tels Saqqarah et Abydos. A cette époque, la construction des pyramides a commencé et a atteint sa forme la plus parfaite au cours de la IIIe dynastie avec la pyramide à degrés de Djéser à Saqqarah. Cette dernière et le complexe funéraire qui lui est annexé sont conçus par le génial architecte Imhotep, ministre du roi Djéser au moment où Râ était le dieu dominant.

Les travaux de construction se sont poursuivis au temps des Bâtisseurs de pyramides, c’est-à-dire au cours de la IVe dynastie, lors de laquelle se sont édifiées des pyramides hors pair, à savoir ceux de Khéops, Khéphren et Mykérinos, que les anciens Egyptiens ont bâti sur le plateau de Gizeh et pour la construction desquelles ils chercheraient les pierres des carrières d’Abou Simbel.

La construction des pyramides a continué jusqu’à la VIIIe dynastie, mais celles-ci n’étaient pas aussi importantes que celles bâties à Gizeh, à Saqqarah, à Abousir ou à Abou Ghorab. Quant à Thèbes, intitulée à cette époque Ouaset, elle n’était qu’un petit bourg du 4e nome de la Haute-Egypte.

D’après Manéthon, l’Ancien Empire prend fin avec l’avènement de la VIIe dynastie à cause de la faiblesse des souverains de Memphis. L’Egypte est alors gouvernée pour un siècle par des Pharaons originaires de Hiéraconpolis en Moyenne-Egypte.

Les IXe, Xe et XIe dynasties se sont succédées jusqu’au commencement du règne des Pharaons de Thèbes. Connue sous le nom de la première période intermédiaire, cette période de transition est comprise entre 2160 et 2055 av. J.-C.

Le Moyen Empire

Le Moyen Empire débute de la fin de la XIe dynastie et se prolonge jusqu’à la XIIIe dynastie (de 2055 à 1650 av. J.-C.). Avec l’avènement du Moyen Empire, la division du pays prend fin sous le règne de Montouhotep II qui a réussi à l’unifier et faire construire sa tombe à Deir El-Bahari. Il a également établi la centralisation du pouvoir après avoir combattu les souverains de Hiéraconpolis afin de parachever cette réunification.

La XIIe dynastie commence avec l’ascension d’Amenemhat Ier au trône – celui-ci était probablement un ministre au temps d’Imhotep IV dernier roi de la XIIe dynastie. Fondée au Sud de Memphis par Amenemhat Ier, la nouvelle capitale Memphis était connue sous le nom d’Itshtaouy, actuellement Licht. Les rois de cette dynastie ont déplacé leurs tombes de forme pyramidale à Licht, au Fayoum et à Hawara. Mais, lesdites tombes étaient d’une dimension plus réduite que celles des premières, notamment en ce qui concerne la taille et la nature des pierres utilisées. Au cours de cette dynastie, nombre de détails nous sont parvenus au sujet des gouverneurs des régions qui se sont répandues à Beni Hassan, Bercha, Mir et Cao en Moyenne-Egypte et à Assouan en Haute-Egypte.

La XIIe dynastie s’achève par le règne d’Amenemhat IV, après qui la reine Néférousobek est montée au trône. En général, le règne des souverains de cette dynastie se distinguait par la courte durée ; ce qui n’a permis ni l’édification de monuments historiques de valeur ni l’entreprise de campagnes militaires de grande importance.

La seconde période intermédiaire connaît la chute de la XIIe dynastie suivie par le franchissement des frontières égyptiennes par un groupe de tribus pluriethnique nommé « Hyksôs » dans les anciens textes égyptiens – nom tiré du démotique « heka khasewet », signifiant littéralement « chefs des pays étrangers ». En 1650 av. J.-C., les Hyksôs se sont attribués la capitale Avaris à l’Est du Delta.

A cette époque, Thèbes est devenue la capitale de la Haute-Egypte ; et les souverains du Sud se sont soumis à l’occupation du Nord par les Hyksôs. Mais, la guerre s’est bientôt déclenchée menée par Apopi et Séqénenrê Taâ ; et s’est poursuivie sous Kamosé ayant atteint avec ses troupes militaires Avaris le fief des Hyksôs. Et avec l’ascension d’Ahmosis Ier fils de Séqénenrê Taâ sur le trône, les Hyksôs se sont définitivement expulsés hors de l’Egypte.

Le Nouvel Empire

Il débute par la XVIIIe dynastie et s’étend jusqu’à la XXe, c’est-à-dire de 1550 à 1069 av. J.-C.

Après la victoire d’Ahmosis Ier, l’Egypte a vécu une des nouvelles ères de l’unification. Il a établi un centre pour la vénération d’Abydos ; effectué des travaux d’agrandissement au temple de Karnak ; et restauré le temple de Montouhotep à Deir El-Bahari.

A Ahmosis Ier ont succédé des souverains tels Thoutmôsis Ier et Horemheb qui ont mené plusieurs guerres expansives, afin de supprimer tout danger externe menaçant la sécurité du pays.

Thoutmôsis Ier a fait construire la première tombe royale à la Vallée des Rois ; suivi par Thoutmôsis II qui s’est alors marié avec Hatchepsout ayant détenu les rênes du pouvoir à la suite de sa mort ; et ce en profitant du jeune âge du roi Thoutmôsis III ayant officiellement accédé au trône. Le temple qu’elle a fait édifier demeure jusqu’à nos jours-ci un des plus beaux temples égyptiens du point de vue architectural.

A Thoutmôsis III ont succédé Amenhotep III, puis Amenhotep IV connu plus tard sous le nom d’Akhénaton et ayant provoqué une révolution religieuse sans pareille dans toute l’Histoire pharaonique par l’imposition d’un culte religieux basé sur le monothéisme. Il a de même transféré la capitale religieuse à Akhetaton, l’actuelle Tell El-Amarna.

Après le décès d’Akhénaton, son fils Toutânkhamon est monté au pouvoir. Il a rétabli la situation ; effectué des restaurations aux temples d’Amon en tentative de réconciliation ; restauré également les statues et les textes que les ouvriers d’Akhénaton avaient endommagés. Après sa mort, Toutânkhamon est inhumé dans sa tombe à la Vallée des Rois. Considéré comme chef militaire de grand mérite,  Horemheb lui a succédé ; et a conduit l’armée vers les territoires voisins pour étouffer  les frondes et confirmer la souveraineté de l’Egypte.

Ayant succédé à Horemheb, Ramsès Ier a fondé la XIXe dynastie à la tête de laquelle l’a suivi son fils Séthi Ier.

Sous le règne de Séthi Ier et son fils Ramsès II, plusieurs campagnes se sont entreprises contre des peuples étrangers, dont la plus importante est celle de Qadesh menée contre les Hittites. Ramsès II n’en a remporté qu’une modeste victoire, mais les deux parties sont parvenues à conclure le premier traité de paix connu au monde.

Ramsès II a laissé de nombreux monuments à la postérité ; et s’est fait construire une résidence baptisée « Per Ramsès », autrement dit la maison de Ramsès, à l’Est du Delta près d’Avaris la capitale des Hyksôs. Après la mort de Ramsès II, les souverains se sont succédés sur le règne du pays ; et ont poursuivi le même régime militaire et politique expansif qu’il a adopté.

Le Nouvel Empire s’est achevé par le décès de Ramsès XI, mort sans avoir mené à terme la construction de sa tombe. Une division s’est produite au sein du pays entre le Nord et le Sud ; et l’Egypte est passée à la troisième période intermédiaire.

La Troisième Période Intermédiaire

Elle s’étend entre la XXIe et la XXVe dynastie (1069 à 664 av. J.-C.). Le premier souverain de cette période nommé Smendès a gouverné depuis Tanis au Nord du Delta, alors que Piânkh a régné au Sud. A cette époque, des titres religieux se sont attribués aux souverains en fonction de leur service auprès d’Amon ; et ce pour donner une teinte religieuse aux souverains et à leur capitale.

Le Nord et le Sud se sont alliés par des rapports de mariage et de lignage, dans une tentative de réunification et de confirmation de leur attachement au temple d’Amon. D’après ce qui est dit, les souverains de la XXIIe dynastie étaient d’origine libyenne et ont contribué à la réforme de la royauté à Thèbes ; et ce par la mobilisation des troupes égyptiennes en vue d’entamer des campagnes militaires. A cette époque, l’Egypte était constituée de petits états. Cependant, des cités telles Tanis, Thèbes, Héracléopolis et Sa El-Haggar ont gardé leur statut de centres d’importance majeure.

La division et l’affaiblissement des affaires internes du pays ainsi que sa politique externe se sont poursuivis de la XXIIIe à la XXVe dynastie. En 671 av. J.-C., les Assyriens ont gouverné le pays et conquis Memphis. Ensuite, ils ont momentanément quitté l’Egypte pour y revenir en 667 av. J.-C. par but d’occuper la Basse-Egypte et conduire leurs attaques jusqu’à Thèbes.

La Basse Epoque

Elle est comprise entre la XVIe et la XXXe dynastie. Quant au pouvoir, il était maintenu à Thèbes entre les mains des rois de Napata de 664 à 332 av. J.-C.

Au cours de l’époque saïte, les rapports avec les Grecs se sont entrepris ; et des stations de transit pour l’arrêt des caravanes commerciales entre les deux pays se sont installées, entre autres : Naucratis dans le Delta où les droits de douane sur le commerce en Méditerranée sont perçus au profit de l’Egypte. Les souverains de cette époque se sont centralisés en Basse-Egypte ; l’écriture démotique est devenue l’écriture officielle du pays ; et Le Livre des Morts a atteint sa forme définitive.

Sous le règne de la XXVIIe dynastie, les Perses se sont emparés du pays ; ont conquis Babylone ; et ont remporté la victoire sur Psammétique III grâce à Cambyse en 525 av. J.-C. Ils ont également imposé leur langue comme langue officielle du pays ainsi que l’alphabet araméen.

Ayant accédé au pouvoir, Darius Ier a apporté la stabilité au pays ; et a édifié un temple égyptien pour Amon à l’oasis de Khargeh. Mais, son armée s’est vite écrasée en 490 av. J.-C. ; ce qui a aidé à fomenter la discorde et former des partis internes. Toutefois, son successeur Xerxès a réussi à étouffer de telles révolutions avec l’arrivée de l’an 486 av. J.-C. Quant au gouverneur grec Inaros qui prédominait tout le Delta, il a été vaincu et poursuivi en 454 av. J.-C.

Avec la mort de Darius II en 405 av. J.-C., l’Egypte s’est lancée dans une période de prospérité et de stabilité sous le règne d’un gouverneur grec, ayant représenté selon l’œuvre de Manéthon la XXVIIIe dynastie. Celui-ci a réunifié le pays pour une période de soixante ans. Et en général, les souverains de la XXXe dynastie ont érigé des monuments remarquables faisant allusion à une période historique prospère et florissante. La conquête de l’Egypte par les Perses en 343 av. J.-C. a marqué la fin du règne de Nectanébo, dernier Pharaon de cette dynastie. L’emprise perse a duré dix ans après lesquels le pays s’est vu conquérir en 332 av. J.-C. par un nouveau conquérant, à savoir, Alexandre le Grand, pour amorcer ainsi une nouvelle ère en Egypte, une ère durant laquelle l’Egypte est devenue l’une des provinces de l’immense Empire romain.

Découvrez les collections du Musée